Archives pour la catégorie Non classé

Calendrier des conférences 2017/2018

 

(aux Cordeliers les jeudis à 17h30)

 

21 septembre :

A.-G. Leduc, Octave Mirbeau, le gentleman-vitrioleur

21 octobre (exceptionnellement le samedi après-midi et à la Sorbonne) :

S. Amin, A. Lacroiz-Riz, J. Salem, Octobre 17 , La Révolution socialiste russe, victoire sur l’impérialisme porteuse de progrès »

16 novembre :

Lénine et la révolution, les thèses d’avril (séance animée par Michel Gruselle)

18 janvier :

L’internationale communiste, les 21 conditions (séance animée par Luigi Sanchi)

15 mars :

A. Lacroix-Riz, G. Jamet, J. Fontaine, L’Histoire sous influence à l’école et à l’Université

24 mai :

M. Pierre, Impact du développement scientifique sur le secteur pharmaceutique

7 juin :

A. Keller, Marxisme et histoire des mathématiques en Inde

Conférences 2017/18: Révolution et nouveautés au programme

Chers amis,

Depuis plusieurs années le CUEM s’emploie à faire vivre la pensée marxiste. Nous le faisons avec un triple souci : celui de la connaissance des travaux des penseurs marxistes, celui de la recherche contemporaine dans un Monde où le capitalisme dans sa forme impérialiste est en crise profonde et enfin celui de la formation des militants révolutionnaires. Notre programme de conférences est le reflet de ce triple souci.

Nos choix sont évidemment contraints par le temps que nous pouvons les uns et les autres consacrer à ces moments de réflexion et d’étude mais nous nous efforçons de donner au fil des années une cohérence à nos débats et conférences. Nous commençons à traduire tout cela par une petite collection qui, si elle en est au stade de prototype, n’en existe pas moins et connaît un certain succès.

Pour l’année universitaire qui vient et qui va couvrir la période allant de septembre 2017 à juin 2018, nous allons un peu plus loin dans les innovations en organisant deux séminaires de travail autour de thèmes qui seront brièvement introduits et donneront lieu à débat s’appuyant sur des lectures suggérées à l’avance. Ces deux séminaires seront consacrés aux « thèses d’avril » et au « 21 conditions » d’adhésion à l’Internationale Communiste qui sont la matrice de formation des partis révolutionnaires dans le monde. Ils seront organisés les jeudi 16 novembre et 18 janvier aux Cordeliers.

Vous auriez été choqués si en cet automne 2017, nous ne mettions pas au cœur de nos réflexions la grande Révolution socialiste d’Octobre. Nous y consacrerons une importante conférence en coproduction avec nos collègues du séminaire « Marx XXI siècle : l’esprit et la lettre » animé par notre ami Jean Salem. Cette conférence se tiendra à la Sorbonne le samedi 21 octobre. Loin d’être une commémoration d’un objet mort, nous parlerons de la Révolution d’Octobre comme l’évènement majeur du XXe siècle événement qui continue à ébranler le vieux monde capitaliste. Il y aura trois intervenants : Jean Salem sur Lénine, Annie Lacroix-Riz sur la perception d’Octobre en France et Samir Amin sur Octobre et les mouvements de libération nationale.

Vous le voyez, la Révolution d’Octobre va bien être au centre de nos réflexions. Pour autant, nous poursuivrons sur les thématiques qu’il nous semble nécessaire d’approfondir pour une formation marxiste digne de ce nom. Nous débuterons notre cycle avec une conférence littéraire et politique sur Octave Mirbeau, l’un des rares écrivains engagés de la fin du XIXe siècle (par exemple, il s’exprime contre les expéditions coloniales), à l’occasion du 150e anniversaire de sa mort. Nous consacrerons une conférence aux questions de l’apprentissage de l’histoire. Ceux qui ont eu l’occasion de se pencher sur les manuels scolaires ont pu mesurer l’enjeu politique actuel de cette question. Enfin nous consacrerons deux conférences aux problèmes des sciences et des techniques d’un point de vue marxiste avec une conférence sur les sciences mathématiques indiennes et une autre sur la relation entre le développement des connaissances et celui de l’industrie pharmaceutique.

Nous espérons que vous participerez nombreux à nos travaux en ayant le souci d’élargir notre influence auprès de vos amis et connaissances.

Le collectif d’animation du CUEM

Textes de la conférence sur l’Impérialisme dans l’Afrique d’aujourd’hui

La conférence de nos amis de l’AFASPA (Association Française d’Amitié et de Solidarité avec les Peuples d’Afrique), « LES IMPÉRIALISMES EN AFRIQUE AUJOURD’HUI » a comporté deux interventions, celle de M. Decaster et celle de J.-C. Rabeherifara. N’ayant pas pu être insérée au format WP requis par notre site internet, l’intervention de Michèle DECASTER peut être envoyée sur demande à l’adresse : cercle.univ.etud.marxiste@gmail.com (elle a déjà été envoyée à nos correspondants déjà inscrits dans la liste de diffusion). 

Vous trouverez en revanche dans le site le texte de Jean-Claude Rabeherifara en cliquant ici.

Conférences 2016/17 en ligne

 

 

Chers amis,

 

le texte de la conférence de L. Truchon sur « Lénine philosophe : l’enjeu du matérialisme », aimablement fourni par l’auteur, est déjà en ligne: vous pouvez y accéder ici ou en cliquant sur le titre de la conférence, soit dans le menu « Conférences du CUEM », soit sur le menu « Calendriers ».

Pour les autres conférences qui ont déjà eu lieu, l’insertion du texte d’A.(G.) Leduc suivra la publication chez Delga de l’ouvrage sur le même sujet. On prépare les textes ou les enregistrement des autres conférences, qui seront mises en ligne dès que possible.

 

En vous souhaitant de joyeuses fêtes de fin d’année,

 

Le C.U.E.M.

Conférences 2016/2017

 Chers amis,

en vous souhaitant une excellente rentrée, nous revenons à vous avec le programme de nos conférences 2016/2017.

Comme d’habitude, elles ont lieu les jeudis à 17 heures, amphi Roussy (sauf le 15/10).

En attendant de vous retrouver nombreux dès le 22 septembre!

 

PROGRAMME DES CONFERENCES

 

JEUDI 22 SEPTEMBRE 2016

Alain (Georges) Leduc

Yves Klein : un art pour l’élite

 

SAMEDI 15 OCTOBRE 2016 grand amphi, après midi

Annie Lacroix-Riz, Pierre Fabre, Michel Gruselle

Renault: forteresse ouvrière ou haut lieu de la lutte de classe

 

JEUDI 17 NOVEMBRE 2016

Annie Lacroix-Riz

Les privilégiés français entre Berlin et Washington :

les « vichysto-américains » (1940-1944)

 

JEUDI 8 DÉCEMBRE 2016

Lilian Truchon

Lénine philosophe   (titre à préciser)

 

JEUDI 19 JANVIER 2017

Michèle Decaster (AFASPA)

Les impérialismes dans l’Afrique d’aujourd’hui

 

JEUDI 23 FÉVRIER 2017

Tancrède Motta

La politique énergétique  (titre à préciser)

 

JEUDI 16 MARS 2017

Joëlle Fontaine

Grèce 1941-1946 : une grande résistance brisée

par l’impérialisme britannique

 

JEUDI 11 MAI 2017

Remy Herrera

Chavez et le socialisme du  XXIe siècle

 

JEUDI 15 JUIN 2017

Victor Gysembergh

L’histoire de la science dans l’histoire de l’humanité :

l’astronomie dans le monde antique

Conférence du 9 juin remise à l’année prochaine

(annonce)

 

 

Chers amis,

après la prochaine conférence de Michel Gruselle, qui se tiendra le 12 mai, notre calendrier prévoyait, le 9 juin, celle de Rémy Herrera sur Hugo Chavez. Malheureusement, elle ne pourra pas avoir lieu cette année et nous devons la déplacer à l’année académique prochaine; le rendez-vous du 9 juin est annulé.

En revanche, nous nous réjouissons de vous retrouver bientôt, le 12 mai, pour la conférence de M. Gruselle « De l’URSS à la Russie, le chemin des communistes russes« , sur l’expérience post-soviétique récente, et ensuite le 23 juin pour celle de Jean-Claude Lecas et Aymeric Monville « L’U.R.S.S. vécue, années 1930 : ombres et lumières« , tentative de bilan historique d’une période-clé.

Avec nos cordiales et fraternelles salutations,

Le C.U.E.M.

Éloge de la politique par Roger Vailland (« Le Nouvel Observateur », 26/11/1964)

 

Certains hommes ont la vocation de la politique, comme d’autres ont celle de la peinture, du théâtre ou de l’invention mathémathique. Ce sont des hommes à passion, à passion unique. Le politique, lui, sa passion, c’est de faire l’histoire de son temps ; quand il réussit, il fonde des Etats ou fait des révolutions. Les vraies vocations et les passions absolues sont rares et qu’elles réussissent l’est encore davantage. Chaque siècle ne produit que (ou n’est produit que) par quelques vrais peintres et quelques grands politiques Comme tout le monde, bien sûr, je m’intéresse à ces gens-là — et dans la période présente, peut-être davantage au peintre qu’au politique. Je ne me cache pas d’admirer les grands hommes ; Plutarque fut une de rnes premières lectures et je ne renie pas son enseignement.

Mais ce qui me paraîtrait aujourd’hui plus intéressant ce serait de comprendre pourquoi, comment, de quelle manière, à quel moment, des hommes qui n’ont pas la vocation politique — la très grande majorité des hommes — des hommes qui ont peur de la politique parce qu’ils savent, par leurs manuels d’histoire et la lecture des journaux, qu’il est bien plus dangereux de faire de la politique que de descendre dans l’arêne aux taureaux ou de courir en automobile, parce qu’ils pensent aux procès, aux guillotines, aux camps aux meurtres, etc. (et à l’amertume des vaincus abandonnés de tous), pourquoi des hommes qui se laissent aller au courant de la vie quotidienne parce que c’est le plus facile, parce que l’achat d’une voiture, d’un disque, le sourire d’une fille fait oublier qu’il sera bien triste de mourir à la fin d’une vie pendant laquelle il ne se sera rien passé, pourquoi et dans quelles circonstances ces hommes-là, ces hommes de tous les jours  et de tous les  temps se mettent tout d’un coup — et quelquefois tous ensemble — à se conduire en politiques. Alors, et pour un temps, les « grands hommes » (comme dans Plutarque) foisonnent. (Ensuite, ils s’endorment ou s’éliminent les uns les autres, mais c’est une autre histoire).

Ce serait particulièrement intéressant aujourd’hui parce que jamais,    de mémoire d’homme, le peuple français (et pas seulement lui) n’a été aussi profondément « dépolitisé » comme on dit ; singulier vocable ; singulière chose. Il est informé, bien sûr, mais être informé de la politique, c’est-à-dire de l’histoire en train de se faire, la regarder à la télévision, même si c’était une télévision objective, c’est utile pour se conduire en politique, mais ce n’est pas par là-même se conduire en politique. Avoir des opinions ne suffit pas non plus ; l’opinion, par définition, ce n’est pas une certitude et encore moins une action raisonnée ; quant à l’opinion publique, les tyrans d’Athènes savaient déjà la fabriquer. Se conduire en politique, c’est agir au lieu être agi, c’est faire l’histoire, faire la politique au lieu d’être fait, d’être refait par elle. C’est mener un combat, une série de combats, faire une guerre, sa propre guerre avec des buts de guerre, des perspectives proches et lointaines, une stratégie, une tactique. Voilà qui paraît bien le dernier souci aujourd’hui de nos contemporains.

J’ai déjà vu ce peuple désintéressé (pas tout à fait autant) à plusieurs reprises. En 1932, j’étais jeune journaliste dans un grand quotidien ; je me rappelle très bien certaines conférences de rédaction, on nous disait : Hitler, Mussolini, la crise américaine, les affaires soviétiques, notre public en a par-dessus la tête ; ce qui l’intéresse, c’est la vie de tous les jours ; ce qu’il veut savoir de New York : qu’est-ce que les Américains font de leurs réfrigérateurs ? De Berlin : l’amour y est-il plus libre qu’à Paris ? De chez nous : comment supprimer au plus vite les passages à niveau qui font tant de victimes sur la Nationale 6 ? Et c’était vrai, les inspecteurs de vente du journal les confirmaient, les Français, cette année-là, ne voulaient plus entendre parler de Hitler ni de Mussolini ; ils commençaient à acheter des tandems pour se promener le dimanche.

Voilà ce qui les intéressait. Quatre ans plus tard, les métallurgistes et les mineurs occupaient leurs usines et leurs mines. Pas seulement les métallurgistes, mais aussi les gaziers, les cartonniers, les ouvriers municipaux. Les balayeurs des municipalités défilaient, le balai sur l’épaule.

———

Quatre ans plus tard, les demoiselles des magasins occupaient les Galeries Lafayette et les employés de ministères défilaient le poing levé, en réclamant « des canons, des avions pour l’Espagne ». Les demoiselles des magasins aussi scandaient : « Le fascisme ne passera pas.  »

Je crois qu’aujourd’hui, même ceux qui sont en âge de se le rappeler ont oublié ce que c’était, avant 1936, une demoiselle de magasin. Pas seulement quant aux salaires, à l’absence de congés, de sécurité sociale, etc.

Quant au respect. L’ouvrier français, même dans les périodes de « dépolitisation », n’oubliait pas une déjà vieille tradition révolutionnaire ; le respect du travailleur, ça n’avait jamais cessé de lui dire quelque chose ; en toutes circonstances, il exigeait, au moins formellement, ce respect-là.

La demoiselle de magasin n’avait jamais été « organisée » ; elle était demoiselle, état transitoire ; elle ne gagnait pas de quoi vivre, mais c’était mieux que d’être chômeuse ; on ne lui avait jamais rien appris, rien que le respect, pas le respect d’elle-même, mais celui des autres : le respect du client et le respect du chef de rayon. Elle n’était pas « dépolitisée », elle était d’avant toute politique. Le respect (imposé, subi), c’est le contraire de la politique.

Or, en juin 1936, les vendeuses des grands magasins mirent à la porte les clients et les chefs de rayon, occupèrent les comptoirs, s’organisèrent « sur le lieu de leur travail », comme on disait alors, comme dans un camp retranché. Comme le faisaient dans le même instant, bien sûr, les métallurgistes, les mineurs, etc. Mais l’extraortinaire était que les demoiselles de magasin aussi fissent la grève sur le tas. Les voilà qui chantent la Carmagnole et l’Internationale, lèvent le poing, fondent des syndicats, des syndicats politiques qui n’exigent pas seulement des congés payés mais que les demoiselles de magasin aussi disent leur mot sur les affaires du pays. Et quand elles chantaient « groupons-nous et demain… » et « nous n’étions rien, nous serons tout », cela avait une signification pour elles. Les demoiselles de magasin avaient découvert leurs buts de guerre et se sentaient obligées de faire la guerre.

Ce n’est pas mon rôle de faire, ici maintenant, l’analyse de ce qui s’était passé entre 1934 et 1936, la menace fasciste devenue brusquement concrète en février 1934, les premiers succès du Front populaire montrant que la bataille pouvait être gagnée et tout ce brassage d’idées et d’actions qui fit toucher du doigt que ce n’était pas seulement une bataille défensive mais que la vie de chacun pouvait être changée, qu’il s’agissait de mon, ton, son, de notre bonheur.

Pendant quelques semaines de 1936, un très grand nombre de Français furent des politiques et crurent au bonheur.

———

Et puis, une nouvelle fois, j’ai vu le peuple français « dépolitisé ». En 1942 — l’affreuse année. Ce n’était pas seulement d’être vaincu, d’être occupé, d’être gouverné par les vaincus de 1936, « mieux vaut Hitler que le Front populaire », répétait mon garagiste. C’était qu’un peuple tout entier parût ne plus penser qu’au ravitaillement. Un jour sur le quai de Lyon-Perrache, des hommes qui paraissaient bien élevé s’écrasaient, puis se battirent pour gagner quelques places à l’entrée du wagon-restaurant ; un vieillard qui les regardait à distance les injuria avec les termes les plus délibérément grossiers ; j’étais de tout cœur avec ce vieillard.

Moins d’un an plus tard, à la mi-43, des maquis campaient comme ci, comme ça, dans tous les déserts de la France ; les résistants, les clandestins trouvaient tant qu’ils voulaient des secrétaires de mairie qui prenaient tous les risques pour leur faire des faux papiers, des cheminots qui sabotaient, des fonctionnaires qui livraient les secrets militaires du double adversaire : l’Allemand et Vichy. La plupart des Français commençaient de se conduire en politiques.

Nous voici de nouveau dans le désert. Cet été, beaucoup de perclus de la politique ont passé par mon village. Je dis perclus, parce que, quand on a pris l’habitude de brûler au feu de la politique, si le foyer s’éteint, on reste infirme. Ils m’ont raconté leurs campagnes ; de quoi donc peuvent parler les retraités par force, les demi-soldes ? De beaux beaux récits, les nobles récits d’exploits inconnus. Et celui-ci, dont la voix dix ans après tremblait d’indignation (c’est ainsi que j’ai appris que ce n’est pas une image, qu’une voix peut réellement trembler d’indignation), parce que ses juges l’avaient accusé d’être un ennemi du peuple. Et cette séance d’un bureau politique, qui dura trente-six heures consécutives, pour exclure un homme qui fit front, trente-six heures consécutives, sortit sous les huées et alla vomir au coin de la rue ; et ils étaient presque tous suncères (sauf quelques rusés, mais cela aussi est de la politique), le vaincu et les autres. Qu’est-ce que la passion d’amour à côté de la passion politique? Pauvres bien-aimées qui ne peuvent offrir que leurs soupirs, leurs tendres délires, le feu doux de leur regard.

———

Et nous voici de nouveau dans le désert. Mais je ne veux pas croire qu’il ne se passera plus jamais rien. Que les citoyens n’exerceront plus leur pouvoir qu’en mettant un bulletin dans l’urne pour désigner comme souverain (à leur place) un monsieur qui a une bonne tête à la télévision. Que le seul problème sur lequel le citoyen aura à se prononcer (par référendum) sera l’itinéraire d’une autoroute ou la puissance d’une centrale électrique. Que dans un monde où il n’y aura plus que des cadres, les cadres seront de plus en plus heureux parce que la retraite des cadres sera progressivemetn augmentée. J’en ai par-dessus la tête qu’on me parle de planification, d’études de marché, de prospectives, de cybernétique, d’opératiosn opérationnelles : c’est l’affaire des techniciens. Comme citoyen, je veux qu’on me parle politique, je veux retrouver, je veux provoquer l’occasion de mener des actions politiques (des vraies), je veux que nous redevenions tous des politiques.

Qu’est-ce que vous faites, les philosophes, les professeurs, les écrivains, moi-même, les intellectuels comme on dit? Les politiciens ne manquent pas, ce monde en est plein. Mais les penseurs politiques? En attendant que revienne le temps de l’action, des actions politiques, une bonne, belle, grande utopie (comme nous pensions en 1945 que « l’homme nouveau » serait créé dans les dix années qui allaient suivre) ce ne serait peut-être déjà pas si mal.

R.V.

            Le Nouvel Observateur, 26 novembre 1964, p. 20

 

 

Programme des conférences du CUEM 2015-2016

Chers amis,

nos conférences, qui se tiennent toujours à l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC), Campus des Cordeliers, rue de l’Ecole de Médecine, dans l’Amphithèâtre Roussy, vont bientôt reprendre. Voici le programme déjà arrêté pour l’année entière, à une date près. Les internautes qui nous ont fourni leur adresse électronique viennent de recevoir l’invitation à la première conférence. A bientôt au Campus des Cordeliers!

JEUDI 15 OCTOBRE 2015

Nasser Suleiman Gabryel

Islam et société en France, un point de vue gramscien

 

JEUDI 3 DECEMBRE 2015

Alain (Georges) Leduc

Roger Vailland et la littérature communiste

 

JEUDI 17 DÉCEMBRE 2015

Annie Lacroix-Riz

Syndicalisme ouvrier et impérialisme depuis les années 30

(à partir de son ouvrage « Scissions syndicales, réformisme et impérialismes dominants, 1939-1949″)

 

JEUDI 14 JANVIER 2016

Annie Lacroix-Riz

Les famines en URSS, à propos du livre de Mark Tauger

 

JEUDI 4 FÉVRIER 2016

Luigi-Alberto Sanchi

Empire romain et lutte des classes

 

JEUDI 17 MARS 2016

Paul Bouffartigue

Les classes populaires aujourd’hui.

Brève introduction sur la notion de classe chez Marx

par Jeannine Gruselle

 

JEUDI 12 MAI 2016

Michel Gruselle et Maurice Cuckierman

De l’URSS à la Russie, le chemin des Communistes Russes

 

JEUDI 9 JUIN 2016

Remy Herrera

Hugo Chavez. À propos du livre d’Emilio Modesto Guerrero

 

JEUDI 23 JUIN

Jean-Claude Lecas et Aymeric Monville

L’U.R.S.S. vécue, années 1930 : ombres et lumières

Théâtre: « La situation de la classe laborieuse en Angleterre » d’Engels

Engels, jeune bourgeois allemand, part en Angleterre en 1842 pour travailler dans une filature appartenant à son père.
Il découvre les ravages d’une Révolution Industrielle qui plonge les ouvriers dans une grande misère.
Révolté, il décide de relater ce qui s’étale devant ses yeux « afin de faire connaître au monde civilisé la dégradante situation où il leur faut vivre ».
Ce sera « La situation de la classe laborieuse en Angleterre »… un livre, qui encore aujourd’hui, nous interpelle par sa ferveur et sa brûlante actualité!
Chaque représentation sera suivie d’un échange avec le public.
Le 9 mars Jean Salem interviendra; le 16 mars ce sera Aymeric Monville (philosophe et directeur des éditions Delga) ; le 23 mars Fabrice Bensimon (professeur d’histoire britannique à la Sorbonne) ; pour le 30 mars l’invité reste à définir.
Le texte est adapté et mis en scène par Olivier Hueber et sera dit par Geoffroy Guerrier.
Ce sera au théâtre de Nesle (8 rue de Nesle à Paris) à 20h30 les lundis 9; 16; 23 et 30 mars.
Tarif : plein 16 euros; réduit 12 euros; groupe (à partir de 10 personnes) 10 euros.
Pensez à réserver au : 01 46 34 61 04

Pétition contre la censure dans les bibliothèques universitaires

Nous invitons les visiteurs de notre site CUEM à se joindre à nous pour signer une PETITION (cliquez sur ce mot pour obtenir le lien ou recopier l’adresse dans votre barre internet) contre la censure de la Bibliothèque Pierre Mendès-France, de l’Université Paris I, qui a frappé l’un des ouvrages universitaires objet d’une nos récentes conférences, celui de Geoffrey ROBERTS sur Les Guerres de Staline présenté par A. Lacroix-Riz (cliquez sur le titre pour obtenir le résumé de la conférence).

Ci-après, nous reproduisons le texte de la lettre envoyée par le CUEM au Président de l’Université Paris I:

Dr Michel Gruselle

Président du Cercle Universitaire d’Études Marxistes CUEM

210 rue Saint Martin 75003 Paris

Paris le 26 janvier 2015

 

Monsieur le Professeur P. Boutry

Président de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

 

Cher Président P. Boutry,

Notre CUEM est profondément attaché à la liberté de recherche dans tous les domaines, ce qui implique l’accès possible aux sources documentaires. En ce qui concerne en particulier l’histoire de l’URSS, le moins que l’on puisse dire est qu’il y règne un unilatéralisme consternant. C’est pourquoi, nous vous demandons instamment de veiller à ce que les voix qui donnent une vision différente de cette histoire, voix dont la valeur scientifique ne fait pas de doute, soient traitées avec la même attention que les autres. Ainsi, demandons-nous  que soit mis fin à l’ostracisme vis-à-vis des éditions Delga dans les choix de la bibliothèque de Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Cordialement

Michel Gruselle

Directeur de recherche émérite CNRS

Institut Parisien de Chimie Moléculaire, UPMC